Commune d’Os

Commune d’Os

Dénombrement général des habitations en 1385

Les premiers écrits remontent à 1385, date à laquelle le vicomte de Béarn a ordonné le dénombrement général des maisons.

A cette époque, Os s’appelait « Oos »et était sous la juridiction de Lagor et Pardies. La commune était alors composée de 7 maisons dont 2 inhabitées :
1. Minbiele
2. Doat de Domerc
3. Deu Tintee, où habite le curé de Marsillon
4. L’Abbadie, domenger (maison noble)
5. Lo Crestia
6. Vidau de Barere (inhabitée)
7. La prebende du curé de Marsillon (inhabitée)

La paroisse est un petit hameau composé de peu de maisons.

Le saint patron de l’église d’Os est Saint-Pierre.

Naissance de la communauté d’Os

Os n’aura de terres communales qu’à partir du 9 décembre 1609, date où Henri IV, lui accordera les terres de la Barthe dite « d’Armau »d’une surface d’environ 84 hectares. Ces terres étaient jusqu’alors des terres de libre pacage pour les communautés suivantes : Os-Morenguets, Mourenx, Marsillon, Noguères, Abidos, Lahourcade et Lagor. Les droits des anciennes communautés ont été maintenues.

C’est à partir de cette date qu’on parle de « communauté d’Os »
(communauté=dès que les habitants d’un même lieu possèdent en commun quelques droits ou privilèges, ils forment une communauté et sont désignés ainsi)

La Réformation en Béarn commence sous le règne de Louis XIV. Le Roi, venant d’acquérir de nouvelles terres, décide de faire établir un nouveau dénombrement à partir de 1673. Les biens nobles sont soumis à une déclaration particulière de leurs possesseurs(seigneurs paroissiaux).

« La récente communauté d’Os n’a pas été convoquée, puisqu’elle n’a ni jurat ni privilège autre que celui d’avoir reçu en affièvement un bois appartenant au domaine du roi, affièvement accordé par Henri IV en 1609. Cependant, le garde de cette communauté s’est volontairement présenté devant les commissaires pour faire déclaration de cette jouissance et des devoirs qui en découlaient. Les habitants formant cette communauté dépendent de la juridiction de Pardies. »

Les habitants de la paroisse sont partagés entre deux juridictions. Une partie des habitants est soumise au fief de l’abbaye laïque d’Os et l’autre partie à celui du roi, représenté par les jurats de la communauté de Pardies.

De cette déclaration, il en résulte qu’il y avait 8 maisons sur ce territoire indépendant de l’abbaye laïque d’Os. Des déclarations de fief de l’abbaye d’Os, on peut compter 22 maisons dans la partie qui lui était soumise.

C’est Pierre d’Abidos qui fait la déclaration de l’abbaye d’Os.

Noms donnés à Os à travers les époques

La commune d’Os ne s’est pas toujours appelée ainsi. En effet, on pouvait retrouver dans des écrits:

« Aoss » au XIIème siècle

« Ous » en 1220 selon les titres de l’Ordre de Malte

« Dosse » au XIIIème siècle, fors du Béarn

« Oos » en 1343 d’après les notaires de Pardies

La commune d’Os sur la carte de Cassini au XVIIIème siècle

La carte de Cassini est la première carte générale et particulière du royaume de France réalisée à la demande du roi Louis XV sous la direction de Cassini III dit de Thury, membre de l’Académie des Sciences et de l’Observatoire de Paris. Les levés ont été effectués entre 1756 et 1789.

carte-01

Données démographiques

Voici quelques données de population (avant la réunification avec Marsillon en 1841):

  • en 1793: 275
  • en 1800: 220
  • en 1806: 284
  • en 1821: 257
  • en 1831: 246
  • en 1836: 233

Les données de recensement qui suivront cumulent Os et Marsillon. Vous pouvez retrouver un tableau récapitulatif du recensement de 1793 à nos jours dans le chapitre « Présentation générale ».

Liste des maires

p6180139-copie

Petite coutume: connaissez-vous l’asoade d’Os ?

C’est une ancienne coutume qui consistait à faire monter sur un âne, la tête tournée vers la queue, le mari qui s’était laissé battre par sa femme. Il était ainsi promené dans tout le village soumis à différentes plaisanteries.